Massages et Relaxations de bien-être à Saint-Étienne, Région Auvergne-Rhône-Alpes.
Sur table de massage, tapis de sol ou siège ergonomique. Huiles de massage 100 % Bio.
Centre de bien-être agréé FFMBE. Cartes cadeaux personnalisées.

Cabinet Le Corps S’éveille
74 rue Michelet
42000 Saint-Étienne

Uniquement sur rendez-vous
tél / 04 82 37 33 89

SELECT m.id_motcle, m.libelle FROM motcle m, type_motcle t, asso_motcle_type_motcle s WHERE t.libelle='Menu-haut' AND t.id_type_motcle = s.type_motcle_id AND s.motcle_id = m.id_motcle AND m.etat='1' ORDER BY couleur;
< Retour

Je ne suis pas d'accord !


Sur France Culture, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik nous guide dans les dédales du cerveau. Le lobe temporal gauche s’active. Magie de la parole…


Le sens de la dispute


 

Pour Boris Cyrulnik, les Occidentaux ont encore du mal à réunir le corps et l’esprit. Sur France Culture, il explique comment le milieu (famille, école, amis) sculpte un enfant de la tête au pieds. Loin d’être programmée, une personne a besoin du langage pour se construire, puis découvrir « un nouveau monde ».


Image en vignette : Children's concert with Oscar Brand. Photographe : Justin Kerr.

 

Hey, diddle, diddle, the cat and the fiddle (1885). Illustrateur : Randolph Cadelcott....
« L’autre jour, une amie me dit : Oh, comme tu as de belles dents ! Son compliment est une double vacherie. Cette amie vient de me dire : Avant, tes dents étaient pourries ; dieu merci, à présent tu portes un dentier»

 

 

Jusqu’à sa mort à l’âge de 96 ans, la journaliste et romancière Benoîte Groult a gardé toute sa lucidité, décryptant le sens de chaque phrase. Au micro de France Culture, son ami Boris Cyrulnik rapporte son témoignage. Il explique à quel point les mots, ainsi que la façon de les prononcer, nourrissent les relations humaines. Même lorsqu’une personne commet une maladresse devant une vieille dame.

 

 

 

Le dialogue est à la base du développement de l’être humain. Boris Cyrulnik, psychiatre, puise dans les neurosciences pour démontrer à quel point l’environnement façonne un individu. Bien avant la naissance, les basses fréquences de la voix maternelle traversent le liquide amniotique. Ses vibrations atteignent les mains et la bouche du bébé. « Quand la mère parle, elle caresse son enfant. Celui-ci reçoit une information sensorielle qui stimule son cerveau. »

 

 


 

Un enfant sur trois manque de nourriture sensorielle.

 

Children’s mass (1973). Friedman-Abeles, photographe....
Dans les trois premières années de leur vie, deux enfants sur trois acquièrent l’attachement sécure : ils vivent dans un contexte familial propice à se fabriquer une estime de soi. Leur confiance toute neuve les incite à se tourner vers les adultes sous forme de babilles, puis de mots. À l’école, ils seront les futurs bons élèves. En effet, ils ont déjà acquis le plaisir de découvrir les gens et les choses.

 

 

Et le tiers des enfants restant ? En France, un enfant sur trois est victime d’une situation anxiogène. Par exemple, il reste pétrifié face à des parents qui hurlent ou se battent devant lui. Si la mère est défaillante, soit en raison d’une maladie, soit parce qu’elle vit dans la précarité, alors il devient urgent que la société agisse pour que le bébé reçoive de l’aide. Car plus le temps passe, plus son isolement l’empêche de dialoguer avec le monde. Un cerveau se sculpte par la parole, mais aussi par la musique et le toucher.

 

 

« Il a un mauvais cerveau, ça ne rentre pas. »

 

 

Si un tiers des enfants a des difficultés scolaires, ce n’est pas par manque d’intelligence : l’imagerie neuronale démontre que le cerveau de la petite fille ou du petit garçon manque d’une nourriture qu’est l’échange sensoriel avec le monde des adultes.

 

 

Comment réactiver en eux le goût d’apprendre ? Dans les pays scandinaves, on a pris le taureau par les cornes : l’école maternelle a été chamboulée. Au lieu de gaver les tout petits de connaissances, les enseignant·e·s sont invité·e·s à jouer et à parler avec elles et avec eux.

 

 

 

 

Children leaving school. Ilustrateur : Randolph Cadelcott (1846-1886)....
Résutat dix ans plus tard : la Norvège n’a plus qu’1 % d’illettrés. Les suicides chez les adolescents ont diminué de 40 %. Les psychopathies se sont effondrées. En investissant sur l’école maternelle, en formant les enseignants et les assistants éducatifs, un pays a réalisé des économies sur ses dépenses de santé…

 

 

Un écran ne sourit pas.

 

 

L'usage de la parole nourrit aussi les adolescents. Boris Cyrulnik remet smartphone et ordinateur à leur juste place : aucun écran jusqu’à trois ans, y compris la télévision ; puis un peu d’écrans entre 3 et 6 ans, hors Internet ; accès au web à partir de 9 ans, à condition que les découvertes de l’enfant soient sources de dialogues dans les familles. Les jeux vidéo : oui… mais parlons-en !

 

 

Boris Cyrulnik insiste : un enfant a besoin de sentir l’autre pour grandir. Un écran ne sourit pas, ne hoche pas la tête, ne hausse pas le sourcil ; un adulte, oui. Même un silence a du sens. L’enfant apprend à décoder gestes et mimiques pour se synchroniser avec autrui. Or, un tête-à-tête prolongé avec un écran tue l’empathie.

 

 

 

Devenu addict aux jeux vidéo, l’adolescent subit l’assaut de ses pulsions. Il passe à l’acte, contre lui-même ou contre les autres.

 

 

 

Au bonheur des ramdams.

 

Special Days - Children’s Day - Girls playing with dolls (entre 1935 et 1945). New-York World’s Fair....
Voilà pourquoi la phrase « Tu as de belles dents » conclut en force la démonstration du neuro-psychiatre.

 

L’intelligence artificielle traite « Tu - as - de - belles - dents » comme une donnée à l’état brut. L’être humain, lui, entend le halo sémantique : il grince des dents face au compliment... Ceci à condition d’avoir écouté et parlé jusqu’à plus soif depuis sa naissance, jusqu’à analyser puis interpréter un discours.

 

Boris Cyrulnik rêve de replacer le théâtre au centre d’un projet pédagogique, comme au temps des Grecs : monter sur scène pour jouer les problèmes de la cité ; puis en débattre… et tant pis si on n’est pas d’accord. Une troisième mi-temps autour d’un bon repas orchestre la dispute.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi les filles sont-elles plus mûres que les garçons ?

 

Children on house steps, summertime (années 1940). Photographe : Morris Huberland....
Sur France Culture, Boris Cyrulnik répond : « Grâce aux fossiles, on voit qu’il y a des moments sur Terre où les mammifères grandissent, et d’autres moments où ils diminuent de taille et de poids. Actuellement, les mammifères grandissent, sans doute parce que notre écologie a changé.

 

« Mais pour les petits humains d’aujourd’hui, on a tellement modifié l’écologie, notamment avec des leurres endocriniens féminins dans les biberons et l’alimentation, qu’on voit un nombre croissant de petites filles réglées à 8 ou 10 ans. Que se passe-t-il dans la tête d’une petite fille qui commence à avoir des désirs sexuels sans comprendre ce qui se passe ? C’est un vrai problème dû à l’industrie et à des décisions politiques.

 

« On pense aussi que les bisphénols accélèrent la maturité des petites filles tout en retardant celle des garçons.

 

« Au même âge, une fille a aujourd’hui deux années d’avance par rapport à un garçon. Au bac, les filles ont terminé leur croissance. Elles sont équilibrées sur le plan neuro-psychologique. Elles sont plus régulières que les garçons. Elles sont aussi plus anxieuses, et c’est pourquoi elles attachent dans l’ensemble plus d’importance à l’école. Elles travaillent mieux, elles ont de meilleurs résultats scolaires, ce qui se constate sur la planète entière. »

 

 

 

Et la place du père auprès de l’enfant ?

 

Isle of children (1962). Friedman Abeles photographe....
Sur France Culture, Boris Cyrulnik répond : « Dans notre culture, le père est celui qui a conçu l’enfant avec la mère. Mais dans d’autres sociétés, ce n’est pas le cas. Cela peut être un oncle, ou bien l’ensemble du groupe comme sans doute chez les chasseurs cueilleurs.

 

 

« Il faut attendre les aristocrates après l’an 1000 pour voir la société se cliver. Monseigneur prépare les fils à la guerre tandis que les mères apprennent aux filles à s’occuper de la maison. Et voilà comment se développent les clivages sociaux et sexuels. »

 

 

Quelles que soient les cultures et les époques, « ce sont les femmes qui sont enceintes. Cela change beaucoup de choses. C’est la mère qui marque les premières empreintes dans le bébé qu’elle porte. C’est elle qui sculpte le cerveau du bébé. Le père intervient après.

 

 

« Le père a un pouvoir séparateur. S’il n’y a pas de pouvoir séparateur, le bébé est prisonnier de l’affection de sa mère. Donc le bébé a besoin d’aimer sa mère et quelqu’un d’autre. »

 


. . . . .

 

Dernier ouvrage paru de Boris Cyrulnik : Psychothérapie de Dieu. Éditions Odile Jacob.

 

Les images qui illustrent la page sont issues du fonds numérique de la New-York Public Library.

 

. . . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  

 

Ouvrons la fenêtre au bien-être :

 

 

 

Prendre la parole avant ou après un massage.

 

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

 

 

 

Centre de bien-être agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être.


Annuaire des 1 000 praticiens agréés en France : www.ffmbe.fr.