Massages et Relaxations de bien-être à Saint-Étienne, Région Auvergne-Rhône-Alpes.
Sur table de massage, tapis de sol ou siège ergonomique. Huiles de massage 100 % Bio.
Centre de bien-être agréé FFMBE. Cartes cadeaux personnalisées.

Cabinet Le Corps S’éveille
74 rue Michelet
42000 Saint-Étienne

Uniquement sur rendez-vous
tél / 04 82 37 33 89

SELECT m.id_motcle, m.libelle FROM motcle m, type_motcle t, asso_motcle_type_motcle s WHERE t.libelle='Menu-haut' AND t.id_type_motcle = s.type_motcle_id AND s.motcle_id = m.id_motcle AND m.etat='1' ORDER BY couleur;
< Retour

Les mots de Nora Khennouf


Un état intérieur a besoin de mots pour se dire. Nora Khennouf ouvre un espace pour une parole sincère et réfléchie.


Toucher la sève des mots

 

 

Avec les mots, l’être humain dit un drame ou une joie. Il part à la rencontre d’autrui. Il se construit. Enseignante, chercheuse, Nora Khennouf aime les mots. Elle voit l’invisible. Elle entend l’indicible. Elle sublime la pensée. Elle crée des oasis où se disent des histoires. Écrire, lire, parler deviennent lumière & félicité.

 


Enchanter les mots. Photographe : Valérie Rodriguez....
Certains font la vaisselle en ruminant. D’autres rincent une assiette en fredonnant. Nora Khennouf mesure ses gestes, même anodins, avec des mots puisés dans une chanson de Charles Aznavour ou de Nina Simone.

 

 

À dix ans, Nora Khennouf écoutait son père, puis l’interrogeait jusqu’à ce qu’il dénoue une contrariété. Bien des années plus tard, elle lit entre les lignes d’un roman, puis interviewe un auteur pour qu’il lève le voile sur des pensées qu’il n’osait mettre par écrit. Au lycée où elle enseigne, elle scande un texte. Elle module sa voix, jusqu’à entraîner toute une classe dans l’histoire ; puis elle invite un élève à tenter sa chance.

 

 

Alors, les mots se mettent à vibrer.

 

 

Sans jouets, mais avec beaucoup de livres, Nora Khennouf a forgé sa personnalité. Pour transmettre son amour des mots, elle choisit d’exercer en lycée professionnel, lieu où les jeunes sont censés être loin de la littérature.

 

 

L'atlas des histoires.

 

 

Enchanter les mots. Photographe : Françoise....
En classe, elle étale une carte de France. Pour elle, la connaissance débute par l’image d’un pays : ses reliefs, son agriculture, sa démographie. Les romanciers ont grandi à Tours ou à Bordeaux. Ils ont joué au Jardin du Luxembourg. Ils puisent dans leur propre histoire, mais aussi dans celle de leurs proches. Ils placent un récit dans un lieu rural, industriel, bourgeois, urbain.

 

 

Pour Nora Khennouf, les mots sont faits pour être clamés. « Quand je lis, les mots résonnent en moi, témoigne-t-elle. Je crée un décor, un rythme, des personnages qui acquièrent une aura. J'entre dans la peau de l’écrivain. »  Voilà pourquoi elle invite les élèves à s’approprier les textes avec le corps. Respirer, fixer le public, prendre son élan, puis rythmer une phrase. L’élocution décuple les mots. 

 

 

Puis elle franchit les frontières. Elle sort la carte de l’Europe, celle du monde. Auteurs anglais, russes, portugais, algériens surgissent dans le programme.

 

 

 

« J’applique à la lettre la recommandation de Jean-Paul Sartre :
on ne peut pas se connaître soi-même si l’on ne connaît pas l'autre. »

 

 

Enchanter les mots. Photographe : Shipuzen....
Sa force se nomme : amour, bonté, pédagogie. Un lycée professionnel est un laboratoire à idées.

 

 

Comment distiller le plaisir de lire à des adolescents qui s'orientent vers les métiers des services à la personne ? Plusieurs années durant, Nora Khennouf a travaillé avec une inspectrice de l’Éducation Nationale. Elles ont imaginé une manière de faire cours « en pensement », comme l’écrit Montaigne. Elle en a tiré une expérience pédagogique qui éveille le désir d’apprendre.

 

 

Elle aime théâtraliser ses cours dès que possible. Jusqu’à mobiliser un comédien qui partage son art avec les ados ; jusqu’à chambouler la manière d’apprendre une langue étrangère. De telles idées mériteraient d’entrer dans les collèges et lycées d’enseignement général.

 

 

Les mots, devenus sensuels, séduisants, donnent envie aux élèves de plonger dans la lecture.

 

 

Revisiter les mots.

 

 

Enchanter les mots. Photographe : Christophe Badani....
Quand on découvre la substance des mots, alors notre monde intérieur change. Nora Khennouf a écrit une thèse de doctorat dans laquelle elle creuse le mot sacré. Elle explique comment les religions ont monopolisé le sacré, jusqu’à ce que les hommes le déshabillent peu à peu de ses attributs. Alors, les artistes révèlent les origines du sacré : l’indicible caché en chaque femme, en chaque homme. Jusqu’à les sublimer dans un tableau, une sonate, un personnage de roman.

 

 

 

 

Le mot gentil a aussi fait du chemin dans la vie de Nora Khennouf. Longtemps, elle a lu de la condescendance dans l'œil d’autrui. Les êtres gentils sont vus comme des faibles. Nora Khennouf voit dans la gentillesse une capacité : « La gentillesse est une force. Elle engendre beauté, harmonie, espérance. Elle ouvre à chaque être humain l’opportunité de vivre sa singularité. »

 

 

 

 

Tisser un récit dans la ville.

 

 

Enchanter les mots. Photographe : Karen Cattoire....
Six années durant, Nora Khennouf a porté un projet politique où les mots furent au cœur de sa mission.

 

 

Pour l’anecdote, elle faillit être nommée à la petite enfance car elle venait de mettre son fils au monde. Elle s’est battue pour que ses compétences soient reconnues : de 2008 à 2014, elle fut conseillère municipale déléguée au livre et à la lecture à Saint-Étienne. Elle a supervisé la Fête du Livre entre 2008 et 2014. Elle fut aussi conseillère communautaire à Saint-Étienne-Métropole.

 

 

Aujourd’hui, elle garde de l’expérience des souvenirs enivrants : « Nous avons créé du lien dans la ville en développant des projets avec les mots, jusqu’à inviter des auteurs en résidence. La Fête du Livre irriguait les quartiers et les associations. Toutes les médiathèques de la Ville étaient mobilisées. »

 

 

L'élue se souvient avoir été « d’une lucidité féroce, d’une exigence professionnelle redoutable, d’un grand respect pour les équipes. » Aujourd’hui, elle regrette qu’un tel élan ait été brisé : « Saint-Étienne possède les atouts culturels d’une grande ville. Mais le maillage d’une population à travers des initiatives locales a été oublié en chemin au profit d’événements médiatiques. »

 

 

Aplatir ou faire saillir les mots.

 

 

Enchanter les mots. Photographie : médiathèque Octogone....
De son parcours politique, elle garde un souvenir amusé. Élus, cadres administratifs usaient d’un langage « feutré, pesé, évalué, de convenance, et au final anesthésié. Les mots font peur à ceux qui les étouffent ainsi », résume Nora Khennouf.

 

 

L'élue a choisi d’avoir une parole rare et pertinente en six années de mandat, ce qui rendait ses interventions plus efficaces au conseil municipal. Le pouvoir politique, souvent bavard, est désemparé face à une intellectuelle qui a lu Montaigne, parle de la cité avec parcimonie et avec de solides références.

 

 

Peut-on tricher avec les mots ? Nora Khennouf sait qu’une personne qui possède les codes du langage a peu de chance de se laisser manipuler.

 

 

Une personne avertie remet le mot patriote dans un contexte historique, sans le confondre avec le mot nationaliste. Elle détecte les discours qui peignent le réel en noir pour colporter la peur.

 

 

 

Quand un être humain a une valise pleine d’histoires,
alors il mesure sa chance d’avoir acquis assez de connaissances pour exercer son esprit critique.

 

 

Enchanter les mots. Photographe : Hervé Conrath....
Le soir venu, Nora Khennouf retrouve son canapé. Dans un roman, elle prépare ses futurs voyages. L'histoire se passe-t-elle à Cadix, à Trieste ou à Lisbonne ? La lectrice n’a qu’une envie : aller sur place pour humer l’air d’un récit. Prochain départ : Valencia.

 

 

D'Afrique, elle a rapporté la beauté des âmes. La voici marraine d’une fête du livre au Burkina Faso. Sur place, les enfants clament des contes avec une fureur contagieuse. « Tous les projets que j’ai souhaité mettre en place à Saint-Étienne ont connu leur doublon à Bobo Dioulasso ! (1) ». Quand les mots deviennent des sons, que la bouche mastique les syllabes, alors l'émotion monte, jusqu’au rire. Coïncidence : le jour où elle devint membre du jury au Festival des arts burlesques de Saint-Étienne, elle a franchi un nouveau palier : « Je me suis lâchée ».

 

 

Nora Khennouf aime les mots justes, jusque dans le choix d'un prénom pour un enfant.

 

 

 

Quant au mot Nora, il signifie lumière. À Saint-Étienne, une femme éclaire la cité.

 

(1) Abdoulaye Outtara a travaillé en partenariat avec Nora Khennouf en tant que commissaire à la Fête du Livre de Bobo Dioulasso.

 

 

Nora Khennouf

 


Nora Khennouf lors d’une conférence sur la place de la lecture dans les collectivités. Photographe : Stéphane Chaudier....
Elle est enseignante en français, histoire, géographie, éducation civique en lycée professionnel,


 Elle est chargée de cours en histoire moderne à l’université Jean Monnet,


 Elle a écrit une thèse : Le sacré dans l’art contemporain en France dans la deuxième moitié du XXème siècle,


 Elle a publié Les trois clés, livre dans lequel elle explique en quoi les livres ont forgé sa personnalité. Ce livre-témoignage montre que la lecture est un puissant moteur d’émancipation intellectuelle, en annihilant les déterminismes,


 Elle a publié La place des artistes dans nos sociétés (Éditions Hughet),


 Elle a été maître de stage pour accompagner les futurs enseignants vers les lycées professionnels,


 Elle est sollicitée par les médiathèques et consulats pour animer des rencontres avec les auteurs invités,

 


 Elle fut conseillère municipale déléguée au livre et à la lecture, en charge de la Fête du Livre, de 2008 à 2014 à Saint-Étienne, ainsi que conseillère communautaire à Saint-Étienne-Métropole durant la même période.

 

 Elle fut membre du Conseil d’administration de la Cité du Design de Saint-Étienne de 2008 à 2014.


 Elle fut membre du jury du Festival des arts burlesques à Saint-Étienne de 2009 à 2014.


 Elle fut marraine de la Fête du Livre de Bobo Dioulasso au Burkina Faso.

 

 

 

 

 

 

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

 

Un massage, des mots

 


Les massages vus par Cyrille Cauvet, photographe, au Cabinet Le Corps S’éveille....
Après un massage bien-être, certaines personnes souhaitent dire un ressenti en quelques mots. Le praticien écoute avec bienveillance ; il connaît la difficulté à traduire des sensations en mots.

 

 

D’autres personnes préfèrent demeurer dans la sphère des ressentis.

 

 

Le code de déontologie des massages bien-être indique qu’une personne, à l’issue de sa séance, est libre de partager ou non ses ressentis avec les mots de son choix. De même, le praticien s'abstient de dire un avis sur la personne puisque le respect est à la base de son métier.

 

 

Chaque femme, chaque homme est libre de partager ou non quelques parcelles de son jardin secret.

 

 

 

Un bien-être se nourrit de mots, de sons, d'art, de parfum, de toucher, au fil d'une année.

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  

 

Ouvrons la fenêtre au bien-être :

 

 

 

 

Chercher les mots justes pour décrire le chemin qui mène à un bien-être.

 

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

 

 

 

Centre de bien-être à Saint-Étienne agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être.


Annuaire des 1 000 praticiens agréés en France : www.ffmbe.fr.