< Retour

Métal en montagne


Entre Bedous et le col du Somport, une voie ferrée défie ravins et sommets. SNCF l’a abandonnée. Enfilons nos chaussures de marche. Scrutons le métal en montagne.

Épopée ferroviaire dans les Pyrénées

Entre Bedous et le col du Somport, une voie ferrée, avec ses tunnels et ses viaducs, franchit ravins et sommets. En 1970, SNCF l’a abandonnée. Tels des archéologues, suivons un rail qui se fraie un chemin dans les broussailles.


Entrée du tunnel du Somport, côté nord. Côté sud, le tunnel débouche sur la gare internationale de Canfranc.
Amateurs de patrimoine ferroviaire en montagne, voici un itinéraire où le métal joue avec la nature. De 440 à 1200 mètres d’altitude, une voie ferrée trace la vallée d’Aspe, puis frappe à la porte de l'Espagne.

Jusqu’en 1970, le train reliait Pau à Saragosse, avec escale à la gare internationale de Canfranc. Les trains ont disparu le jour où un convoi rempli de maïs a patiné sur les rails, a reculé, puis s’est fracassé dans la rivière au pont de l’Estanguet.

Impossible de faire le parcours à pied: l’État français a donné le coup de grâce à une voie ferrée en détruisant plusieurs ponts pour élargir une route nationale. Les archéologues ferroviaires se résolvent à explorer les lieux par étapes.

D’emblée, ils découvrent que tunnels et viaducs restent en bon état (1), un demi-siècle après la fermeture de la ligne.

À la gare des Forges d’Abel, une forêt de rails témoigne d’une activité intense à proximité de la frontière. Ici se croisaient trains de voyageurs et trains de marchandises.
Au col du Somport, le tunnel qui relie la France à l’Espagne est fermé. Parfois, il s'éclaire. Une équipe de physiciens espagnols y réalise des expériences scientifiques en profitant du confinement des lieux. Les rails apparaissent à partir de la gare des Forges d’Abel.

Pour progresser entre les deux rails, mieux vaut s’outiller: les ronces ont envahi le terrain. Quelques kilomètres plus bas, nous voici devant l’un des rares tunnels hélicoïdaux de France. L’ouvrage descend en spirale sur environ deux kilomètres pour franchir un dénivelé de 60 mètres.

À Urdos, un pont métallique à proximité de l’ancienne gare offre une vue sur la vallée, avec une centrale hydraulique en contrebas. Aussitôt après, la voie ferrée replonge dans l’obscurité. Dans chaque tunnel, la température reste homogène toute l’année: environ 10 degrés. Mieux vaut se couvrir pour les explorer.

La sortie du tunnel hélicoïdal au lieu-dit Lazeres.
À Etsaut, la gare est devenue un espace d'accueil au public du Parc National des Pyrénées. Derrière le bâtiment, un jardin botanique fait découvrir aux promeneurs la richesse végétale d’un massif que nulle autoroute n’a défiguré (2).

Pour accéder au site où le train de marchandises a basculé dans le ravin en 1970, l’idéal est de partir de l’ancienne gare de Cette-Eyguin et de se frayer un chemin dans les fourrés. Les curieux ont fouillé les lieux. Ils ont rapporté les témoignages d’une épopée ferroviaire.

Photographie prise depuis le pont métallique à proximité de la gare d’Urdos.
Explorer la ligne désaffectée entre le col du Somport et Bedous, c’est possible… mais peut-être plus pour longtemps. Si le planning est respecté, les travaux de réhabilitation du Transpyrénéen pourraient débuter vers 2025. Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle Aquitaine, mobilise son énergie pour que le train relie à nouveau la France à l’Espagne, aides de l’Union européenne à l’appui.

En 2030, peut-être pourrons-nous gravir 800 mètres de dénivelé de Bedous au Somport… mais cette fois en train. Nos voisins de la Région Aragón attendent l’événement depuis cinquante ans.

Cent ans après l’inauguration de la ligne à Canfranc, la renaissance du Transpyrénéen aurait la force d’un symbole. Finis les camions, les accidents, la pollution au gasoil: une vallée donnera l’exemple d’un moyen de transport écologique et convivial.

Un bien-être pousse quelque part dans les Pyrénées, entre deux rails parallèles et rouillés…


Voici le lieu où le train de marchandises est tombé dans le gave en 1970. Le pont de l’Estanguet a été emporté.

(1) Les tunnels du tracé sont en bon état, à l'exception de deux : celui de Peilhou et celui de Serbers. De même, trois ponts seront à reconstruire suite à l'élargissement de la route nationale en certains endroits.

(2) À l'inverse des vallées alpines, dont les autoroutes ont un fort impact sur la qualité de l’air et la végétation, les vallées pyrénéennes restent relativement préservées.

La construction du tunnel routier au Somport, ouvert en 2003, a donné lieu à un mouvement de résistance. À l’époque, on ne parlait pas encore de ZAD (zone à défendre). Sur ordre de l’État, les forces de l'ordre ont expulsé les manifestants.

En revanche, l’autoroute qui devait relier Pau au Somport n’a pas été construite. La route nationale 134, avec ses nombreux lacets, est un terrain propice aux accidents de poids lourds.

La voie ferrée transpyrénéenne, si elle est réalisée, sécurisera un itinéraire qui a subi de nombreux drames humains et écologiques. À noter que l’État français a décidé à ce jour de ne pas participer à la rénovation de la voie ferrée, préférant se concentrer sur les dépenses routières.

Côté espagnol, la voie ferrée fonctionne. Un train relie Canfranc à Huesca. Au cas où le tronçon entre Bedous et Canfranc serait réhabilité, l'Espagne s'est engagée à adapter la largeur des rails pour que des trains directs relient Pau à Saragosse.

Les massages bien-être

S’informer • Réserver
tél / 05 47 91 97 21

En Vallée d'Aspe, Pyrénées

S’informer • Réserver
tél / 05 47 91 97 21

Thématiques bien-être

La peau et le toucher Les massages bien-être et moi Droit au massage L'album des massages Arts de vivre Bien-être et santé Café sciences & philo Points de vue Vallée d'Aspe en Pyrénées

Ouvrons la fenêtre au bien-être
 

Centre de bien-être agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être.


Annuaire des 1 000 praticiennes et praticiens agréés en France : www.ffmbe.fr.


64490 Bedous, Vallée d'Aspe, au sud de Pau et Oloron-Sainte-Marie, Parc National des Pyrénées, Région Nouvelle Aquitaine.

Bien-être en liberté

Le Corps S’éveille : depuis 2011, les gastronomes en massages du monde ont leur Centre de bien-être agréé.
Centre de bien-être situé à Bedous, en Vallée d’Aspe, Béarn, Pyrénées, département des Pyrénées atlantiques, région Nouvelle Aquitaine. Département des Pyrénées atlantiques : Accous, Anglet, Arette, Bayonne, Bedous, Biarritz, Guéthary, Hendaye, Lacq, Lasseube, Larrau, Laruns, Mauléon-Licharre, Monein, Mourenx,Oloron-Sainte-Marie, Orthez, Pau, Saint-Étienne-de-Baïgorry, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint- Palais, Saint-Jean-de-Luz.
Autres villes situées à proximité du Centre de bien-être : Argelès-Gazost, Lourdes, Tarbes. Cultivons un art de vivre dans les Pyrénées béarnaises, Pyrénées atlantiques, en Région Nouvelle Aquitaine.
Centre de bien-être agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être (FFMBE).
Annuaire national des 1 000 praticiens agréés en France : www.ffmbe.fr.
Le guide des massages du monde : massage Lomi-Lomi, massage Pijat balinais, massage Shiatsu, massage Nuad Boran, massage suédois, massage aux pierres chaudes, relaxation coréenne, massage Ku Nyé, les points de Marma, massage Amma, massage Abhyanga, massage californien, réflexologie plantaire, massage Tui Na, massage Kobido, massage de la femme enceinte, massage Ayurvédique.. Informations sur les massages du monde avec ce lien.

© Formasoft|pro 2020 - tous droits réservés - Mentions légales - Notre corps est notre Maison pour toute notre vie. Avec bienveillance et respect, prenons soin de lui.    

Paiement CB