Massages et Relaxations de bien-être à Saint-Étienne, Région Auvergne-Rhône-Alpes.
Sur table de massage, tapis de sol ou siège ergonomique. Huiles de massage 100 % Bio.
Centre de bien-être agréé FFMBE. Cartes cadeaux personnalisées.

Cabinet Le Corps S’éveille
74 rue Michelet
42000 Saint-Étienne

Uniquement sur rendez-vous
tél / 04 82 37 33 89

SELECT m.id_motcle, m.libelle FROM motcle m, type_motcle t, asso_motcle_type_motcle s WHERE t.libelle='Menu-haut' AND t.id_type_motcle = s.type_motcle_id AND s.motcle_id = m.id_motcle AND m.etat='1' ORDER BY couleur;
< Retour

La matière s'éveille


Le sculpteur Philippe Buil co-dirige avec Chantal Sabatier un atelier-galerie à Saint-Étienne. Une ruche d'artistes à l'atelier-galerie Art-Pluriel, Rive droite & Rive gauche.


La matière s’éveille

 

 

Des artistes âgés de 30 à 62 ans créent sous les yeux du public et donnent vie à la matière. Métal, bronze, cuir, graff, huile, aquarelle, pastel, acrylique, fusain : la ruche engendre des œuvres qui partent faire le tour du monde. Le corps dessine une trame entre les ateliers. Un rêve d’artiste est né.

 

 

• Actualité : exposition de l'artiste Marie Marinier du 15 septembre au 7 novembre 2017.

 


Philippe Buil fond l’acier goutte à goutte avec un chalumeau spécial dont la flamme s’élève à 8 000 degrés....
Dans sa galerie située 36 rue de la République, le sculpteur Philippe Buil se demandait nuit et jour comment pousser les murs. Dans ses 80 m², quelque-chose de vital lui échappait. « Un artiste s’isole pour créer, c’est vrai. C’est une solitude habitée. Mais l’inspiration jaillit aussi par la rencontre avec d'autres artistes. »

 


Presque en face de sa galerie, un magasin de cycles ferme. Philippe Buil colle son visage contre la vitrine. Sous ses yeux, 420 m² d’espace nu.

 


Lors d’une première visite, il découvre une caverne d’Ali Baba avec ses mezzanines, ses ateliers, une cour intérieure. C’est le déclic. « Mon intuition s’est transformée en projet dès que j’ai mis les pieds dans les lieux. Ici va naître un vivier d’artistes qui partagera une passion commune pour la peinture et la sculpture. »

 


Après six mois d'étude et deux mois de travaux, les lieux ouvrent leurs portes au public.

 


Au premier regard, le visiteur se croit dans une galerie d’art. Les sculptures de Philippe Buil voisinent avec les peintures d’artistes. Bien vite, couloirs et escaliers s'ouvrent sur des ateliers où créent cinq artistes, chacun dans sa spécialité. Galerie, ateliers cohabitent dans un même espace.

 

 

 

Le défi d'une exposition collective.

 

 


Philippe Buil parraine des artistes qui partagent son aventure. Au-delà de la création, comment frapper à la porte des collectionneurs ? Organiser une exposition ? Évaluer sa propre cote ?


 

 


 


Née à Alexandrie, Marie Marinier a vécu au Liban puis en Provence. Ses œuvres reflètent les paysages végétaux qui ont jalonné sa vie. Exposition visible jusqu’au 7 novembre....
« Un artiste avance avec audace. Il n’est pas soumis aux institutions. Il ne porte pas l’uniforme. Il peut arriver à une inauguration en salopette tachée de peinture au milieu des cravates et des robes.

 

 

 

« Il est vital que les artistes gardent leur naturel. Ceci n’est pas incompatible avec une méthode pour se faire une place dans le monde de l’art. »

 

 


Sans s’immiscer dans les projets de ses collègues, le sculpteur les aiguillonne, leur propose parfois un défi sous forme d’un projet collectif.

 

 

 

Et les matières se confrontent.

 

 

 

À plusieurs, on va plus loin. Lorsqu’un artiste tourne en rond dans son atelier, il trouve l'étincelle en parcourant la salle d’exposition. Ou bien il va discuter avec un collègue dans l’atelier voisin.

 

 

 

 

 

 


La fonte de l’acier engendre étincelles et poussières. Pour se protéger, l’artiste porte masque, gants, réservoir d’air....
Philippe Buil en convient : « Le lieu, la présence des artistes m’ont propulsé vers une nouvelle étape de mon travail. Ma ligne artistique s’affirme.

 


« Les cuirs, la marqueterie, le plâtre, les cordes sont arrivés par l'énergie du lieu. Mes essais gagnent en force. L’émulation est réciproque. »

 

 

 

Nuits dédiées à la création.


 


Il n’est pas rare que les artistes de la ruche travaillent ensemble jusque tard dans la nuit. Comme s'ils étaient portés par une énergie collective qui transpire des murs et de la matière.

 

 

 

Le lieu suscite une pluralité d'envies. Musiciens, choristes, danseurs, stylistes aimeraient se produire au milieu des œuvres.

 


En novembre 2016, les sculptures de Philippe Buil ont croisé les peintures de Cécilia Makhloufi....
Prudent, Philippe Buil épluche chaque idée. « Un lieu pluri-disciplinaire ne signifie pas qu’il faut faire n’importe quoi.

 

 


« Les improvisations les plus réussies exigent une intention, du temps. Ces sollicitations nous portent. Elles signifient que le projet a trouvé son âme : un espace professionnel de création au cœur de Saint-Étienne. »

 

 

 

Corps libertaires.

 


 

Un fil invisible relie la plupart des œuvres achevées ou en cours de réalisation : le corps humain. Peintures, sculptures : les artistes semblent résolus à libérer le corps de ses prisons mentales et physiques. Bousculer les postures, raviver les sensations.

 

 


Un vent de liberté souffle.

 

 


Au centre de l’atelier-galerie trône la sculpture qui représente le buste du footballeur Loïc Perrin, capitaine de l’ASSE (1). Celui-ci a passé une journée dans l’atelier de Philippe Buil pour le moulage.

 

 

 

Piqué par la curiosité, le sportif a suivi pas à pas la création de l’œuvre.

 

 

 


Une équipe vidéo de l'ASSE en a réalisé un film documentaire. Le buste est devenu l’emblème de la galerie.

 

 

 

 

La part du risque.

 

Le footballeur de l ASSE Loïc Perrin a prêté son corps pour la réalisation d’un buste. La fabrication de l’œuvre a donné lieu à la production d’un film documentaire par l’équipe vidéo de l’ASSE.

 

Et si un visiteur s’étonne de la quantité de matières et d'outils présents dans l'atelier,  Philippe Buil, avec pédagogie, rappelle quelques réalités : « Comme un artisan, un sculpteur exerce un métier à risques. Il manipule des outils, des matériaux. Il peut se luxer une épaule, se prendre une paille en acier dans l’œil. Nos mains, nos yeux sont vulnérables.

 


« D’où une extrême rigueur : enfiler une salopette en cuir, mettre des gants et des lunettes, protéger ses oreilles avec un casque, ventiler l’atelier.

 


« La valeur d’une œuvre d’art inclut la part de risque à créer. Plus une œuvre semble simple, plus elle a exigé du temps pour la réaliser. »

 

 

 

Discrétion du collectionneur.

 

 


Le vrai collectionneur ne s’y trompe pas. Loin des vernissages où afflue un public qui éprouve le besoin de se montrer, l'acheteur visite la galerie aux heures creuses.

 


Puis il prend rendez-vous pour dialoguer avec l’artiste.

 


Après mûre réflexion, il passe commande. Il refuse que l’œuvre acquise soit prise en photo et diffusée dans la presse. Et surtout, il cultive la discrétion.

 


Son règlement par chèque signe un goût pour l’art, mais aussi un respect pour l’artiste.

 


L’atelier-galerie Art-Pluriel, Rive droite & Rive gauche, grâce à des horaires d’ouverture élargis, mérite une visite à la manière du gastronome : prendre le temps de savourer la matière vivante, jusqu’à s’étonner de ses audaces.

 

 

 

Marche paisible, œil aux aguets : une heure de bien-être.


(1) ASSE : prestigieux club de football à Saint-Étienne, pour les non initiés !

 

 

Artiste peintre : Marie Marinier.......


. . . . . . . . . . . .

 

 

 

Avis aux tactiles

 

 


Pas de panneau Défense de toucher à l’atelier-galerie Art-Pluriel Rive droite & Rive gauche.

 

 

 

Acier, bronze, marqueterie, cuirs qui composent les sculptures de Philippe Buil s’effleurent avec délicatesse grâce au vernis qui protège l’œuvre.

 

 

 

Une texture procure une sensation. En revanche, les peintures se touchent avec les yeux !

 

 

 

 

. . . . . . . . . . . .

 

 

 


 

...
 

Atelier galerie Art-Pluriel, Rive droite & Rive gauche

 

À la galerie Art-Pluriel, les sculptures de Philippe Buil jouent avec les peintures végétales de Marie Marinier....
Atelier-galerie dirigé par Philippe Buil et Chantal Sabatier.

 

 

27 (Rive droite) et 36 (Rive gauche)
rue de la République à Saint-Étienne.

 

Ouvert du mardi au samedi de 14 h à 19 h.

 

Site : www.art-pluriel.fr.

 

Tél. 06 77 53 99 60.

 

 

. . . . . . . . . . . .

 

 

Du 15 septembre au 7 novembre 2017 :

Marie Marinier

expose à la galerie Art-Pluriel Rive droite.

 

 

 

Philippe Buil



Même la réalisation d’un socle en plâtre exige la plus grande minutie...
Après une expérience professionnelle dans l’industrie des métaux, il se tourne vers l’art et utilise le métal pour réaliser des sculptures aux formes et volumes classiques ou excentriques.

 


Philippe Buil trouve sa matière première dans la métallurgie locale. Dans son atelier, il met en œuvre un savoir-faire grâce auquel il travaille l’acier et lui donne plusieurs effets : drapés, patchwork, dentelle.

 


Peu à peu, il associe de nouveaux matériaux. En bronze, en métal, incrustées de cuir et de verre, les sculptures de Philippe Buil prolongent la relation forte que Saint-Étienne entretient avec la matière. Son travail résonne avec l’histoire industrielle du Forez, berceau de la métallurgie.

 


Philippe Buil ouvre la galerie Art-Pluriel en 2012 à Saint-Étienne où il expose. Il y accueille des artistes plasticiens avec lesquels il se sent proche.

 


Philippe Buil expose :


En France : Paris, Versailles, Honfleur, Brasparts (Finistère), Lyon, Courchevel, Méribel, Le-Puy-en-Velay, Cannes.
A l’étranger : Fully (canton du Valais en Suisse), Bruxelles, Toronto, Quebec, Chicago, Boston, Naples (ville située sur la côte ouest de la Floride).

 

 

Son art se montre audacieux et reste accessible à tous les publics.

 

 

Un reportage (texte et photographies) du Cabinet Le Corps S'éveille, Centre de bien-être.

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   

 

Ouvrons la fenêtre au bien-être :

 

 

 

 

Les tactiles captent les massages qui sculptent le vivant.

 

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

 

 

Centre de bien-être à Saint-Étienne agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être.


Annuaire des 1 000 praticiens agréés en France : www.ffmbe.fr.