< Retour

Veiller sur la forêt


La montagne forge les caractères. En haute Vallée d'Aspe, une technicienne de l'ONF veille sur la forêt. Là-haut, les arbres savent sur qui compter.

Veilleuse de forêt

En Vallée d’Aspe, 4 techniciens forestiers ONF veillent sur les massifs de montagne. 2018 : une technicienne s’installe à Borce. Camille Gizardin arpente les bois, de Cette-Eygun au Somport. Hêtres, rapaces, petites incivilités : elle a mille et une histoires à raconter.

. . .
Camille Gizardin dirige un chantier de coupe de hêtres au Somport pour du bois de chauffage en Vallée d’Aspe.Il est 22 heures : il pleut, partons nous promener. La bruine couvre le bruit de nos pas. Un membre de l'Office National des Forêts (ONF) avance à pas feutrés dans une prairie naturelle, sur le Piémont Oloronais. Son œil de professionnelle repère une bécasse. Camille Gizardin s'approche, munie d'une épuisette. Elle en coiffe l'oiseau. Elle le prend avec délicatesse. Elle le pèse. Elle inspecte le plumage pour évaluer son âge. Elle fixe une bague à la base d'une patte. Puis elle se retire sur la pointe des pieds. La bécasse reprend son envol. Mission accomplie.

Observer les oiseaux de montagne - en particulier le grand tétras et la perdrix : Camille Gizardin en rêve depuis son enfance. Nous sommes en Haute-Vienne. Une fille d’agriculteurs part de bon matin à la chasse, assise sur les épaules de son père. Elle grandit près d’un étang de 13 hectares et d’un moulin. Le premier village se trouve à 4 kilomètres de là.

L'attrait des Pyrénées

Les coupes ont deux intérêts : elles ménagent de la lumière pour que poussent les poches de myrtilles dont raffole le grand tétras ; elles créent des couloirs d’envol pour que l’oiseau s’échappe en cas de danger.Des arbres, des bêtes, des fermiers : un paysage en tête, Camille Gizardin trace son chemin. En forêt de Haye, près de Nancy, elle se forme à la gestion forestière auprès de l’ONF. En forêt de Sénart, près de Fontainebleau, elle encadre des adultes et des enfants avides de percer les mystères d’un sous-bois. Diplôme de technicien forestier (1) en main, elle part sur les coteaux calcaires du Barrois, dans l’Aube, où elle participe à la conversion d’un taillis sous futaie en futaie irrégulière : ici naît une forêt avec ses chênes, ses hêtres, ses érables, ses merisiers.

Plus Camille grandit, plus elle aspire à prendre de l’altitude. Dès lors, elle saute dans sa voiture le jour où l'ONF annonce un poste vacant à Borce, en Vallée d’Aspe.

Ici, la montagne résiste aux autoroutes, aux lacs artificiels, aux parcs d'attraction. Dans les Pyrénées béarnaises, la montagne fait la loi. Une population d’éleveurs aussi accueillante avec l’étranger qu’intraitable avec les faiseurs de modernité protège le massif. Camille Gizardin a soif de vautours fauves, d’isards, de brebis en transhumance, de cabanes d’estive. Elle arpente un territoire de 4 500 hectares : l’équivalent d’une ville comme Bordeaux. Elle va et vient de Lhers au Somport, en passant par Cette-Eygun, Borce, Etsaut et Urdos. Deux ans après son arrivée, elle explore un nouveau sentier.

Quarante ans de carrière à l'ONF suffiront à peine pour connaître un secteur des Pyrénées, arbre par arbre.

Couper à bon escient

Camille Gizardin pose une étiquette ONF sur un lot de hêtres attribué à un propriétaire en Vallée d’Aspe.Travailler sur le terrain : telle est sa préférence. Tant pis pour les courriels. Plus tard les formulaires. Au Somport, une parcelle de hêtres est mûre pour organiser une coupe. La technicienne dresse l’inventaire. Elle marque les arbres. Puis elle encadre le chantier. À 1 600 mètres d’altitude, les bûcherons accomplissent une tâche aussi dangereuse que harassante. Et si la forêt n’est pas prête à fournir du bois ? Alors Camille Gizardin tranche : la coupe, ce sera l’an prochain. Ou dans trois ans. Devant son ordinateur, elle justifie sa décision en cinq minutes. À Paris, la hiérarchie fait le gros dos. Les élus locaux se concertent (2). Camille arpente la montagne avec les maires, les éleveurs, les chasseurs. Elle écoute. Elle dialogue. Deux ans après son arrivée, elle force le respect.

À l’heure du café, Michel Caillabet arrive à Borce. Les yeux de Camille brillent. Un ancien de l’ONF, aujourd’hui à la retraite, la rejoint en haute Vallée d’Aspe. Il partage son savoir sur les sapins du Somport avec celle qui lui a succédé. Ensemble, ils discutent de l’écobuage (3) qui a mal tourné au-dessus d'Etsaut. « Les anciens sont des bijoux de montagne » murmure-t-elle après son départ.

De génération en génération, les techniciens forestiers partagent un goût pour le travail en solitaire, au cœur des forêts, l’œil à l’affût de chaque détail : une parcelle de terre s’affaisse ; des traces d’ours. Ici de l’aspérule odorante, une plante qui sert à fabriquer un apéritif. Là des déchets laissés sur place par des touristes sans scrupule.

Garder le cap

Camille Gizardin encadre le chantier d’exploitation. L’équipe comprend un débardeur et un bûcheron.Et s’il faut deux heures d’effort pour atteindre le bois de Pacq à Etsaut, alors Camille Gizardin se met en marche. Non pour glaner des voix, mais pour partir à la recherche du pic à dos blanc. Rude est le climat. Raide est le sentier. Droit est le berger béarnais qui l’accueille devant sa cabane, puis partage avec elle le casse-croûte de midi. Imprégnée de vie paysane, elle guette avec lui 250 brebis qui, d'un pâturage à l'autre, se fraient un passage entre les rochers. Tout là-haut, un gypaète barbu fait des ronds dans l’air. Camille Gizardin palpite, au cœur du spectacle.

Soudain, son téléphone mobile sonne. Deux mondes se télescopent à Etsaut, en fond de Vallée. Camille ignore l’alerte. Elle sourit : « La montagne et l’homme ont un point commun : ils ont un caractère bien trempé. Ici, les oiseaux sont discrets et magnifiques. Les gens sont chaleureux et solidaires. Quoi qu’il arrive, je m’accroche à l’essentiel : mon travail de terrain. » Le soir venu, Camille Gizardin clôture sa journée en observant une compagnie de sangliers qui remuent un lopin de terre, à la recherche de bulbes à croquer.

Le chemin est remis en état après le chantier : ici passent les skieurs de fond dès qu’il neige au Somport. Camille Gizardin est technicienne forestière à l’Office National des Forêts - ONF. Elle est basée à Borce, en Vallée d’Aspe, dans les Pyrénées béarnaises.
Elle est titulaire d’un BTS en gestion et protection de la nature.

Parmi ses missions en Vallée d'Aspe, Camille Gizardin participe au comptage du grand tétras et de la perdrix grise. Elle part en forêt avec deux chiens d'arrêt. Quand ceux-ci sentent l'odeur de l'oiseau, ils se figent. La technicienne forestière peut ainsi observer un groupe d'oiseaux prendre son envol. Elle compte le nombre d'adultes et de jeunes.

Un bûcheron montre les piqûres de guêpes qu’il a reçues en tombant sur un nid entre deux troncs d’arbre.(1) Mission d'un technicien forestier ONF : assurer une gestion durable de la forêt, domaniale ou communale, dont l'ONF a la responsabilité.

(2) En Vallée d'Aspe, les villages pratiquent volontiers la mutualisation. En effet, les superficies de forêts diffèrent selon les communes. En outre, la production de bois peut varier d'une année à l'autre. Par exemple, du bois de Cette-Eygun est fourni aux habitants de Borce et Etsaut, si besoin.

(3) L'écobuage est une coutume pastorale en montagne qui consiste à brûler l’herbe et les broussailles d’un terrain pour que la cendre enrichisse le sol.

Bûcheron en montagne est un métier pénible et dangereux : aucune machine ne peut remplacer l’homme en altitude. D’ où une formation spécialisée.Les photographies qui illustrent la page ont été prises sur un chantier d'exploitation au Somport. Ce secteur de montagne est placé sous la responsabilité du Parc National des Pyrénées. C'est pourquoi les travaux ne peuvent démarrer qu'après le feu vert de son Conseil scientifique qui, en lien avec l'ONF, identifie les arbres à couper et ceux à préserver.

Les arbres coupés en Vallée d'Aspe ont une grande utilité. Les hêtres servent de bois de chauffage ; les sapins deviendront des charpentes ou des planches de coffrage. La scierie Arreteig située à Lées-Athas prend en charge les arbres coupés, puis les scie selon les besoins : poutre de charpente pour le sapin ; bûche pour le hêtre.

L'économie du bois est une ressource précieuse en montagne, à condition de gérer la forêt de manière responsable et durable avec des professionnels qualifiés.

Merci à Camille Gizardin, membre des techniciens forestiers ONF en Vallée d'Aspe, pour sa patience à répondre à l'auteur de l'article et sa visite guidée sur le terrain. Textes, photographies : tous droits réservés.

Respirer un bien-être en forêt d'Aspe, les pieds sur terre.

Les massages bien-être

S’informer • Réserver
tél / 05 47 91 97 21

En Vallée d'Aspe, Pyrénées

S’informer • Réserver
tél / 05 47 91 97 21

Thématiques bien-être

La peau et le toucher Les massages bien-être et moi Droit au massage L'album des massages Vallées d'Aspe et d'Ossau Arts de vivre Bien-être & santé Café science & philo Points de vue

Ouvrons la fenêtre au bien-être
 

Centre de bien-être agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être.


Annuaire des 1 000 praticiennes et praticiens agréés en France : www.francemassage.org.


64490 Bedous, Vallée d'Aspe, au sud de Pau et Oloron-Sainte-Marie, Parc National des Pyrénées, Région Nouvelle Aquitaine.

Bien-être en liberté

Le Corps S’éveille : depuis 2011, les gastronomes en massages du monde ont leur Centre de bien-être agréé.
Centre de bien-être situé à Bedous, en Vallée d’Aspe, Béarn, Pyrénées, département des Pyrénées atlantiques, région Nouvelle Aquitaine. Département des Pyrénées atlantiques : Accous, Anglet, Arette, Bayonne, Bedous, Biarritz, Guéthary, Hendaye, Lacq, Lasseube, Larrau, Laruns, Mauléon-Licharre, Monein, Mourenx,Oloron-Sainte-Marie, Orthez, Pau, Saint-Étienne-de-Baïgorry, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint- Palais, Saint-Jean-de-Luz.
Autres villes situées à proximité du Centre de bien-être : Argelès-Gazost, Lourdes, Tarbes. Cultivons un art de vivre dans les Pyrénées béarnaises, Pyrénées atlantiques, en Région Nouvelle Aquitaine.
Centre de bien-être agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être (FFMBE).
Annuaire national des 1 000 praticiens agréés en France : www.ffmbe.fr.
Le guide des massages du monde : massage Lomi-Lomi, massage Pijat balinais, massage Shiatsu, massage Nuad Boran, massage suédois, massage aux pierres chaudes, relaxation coréenne, massage Ku Nyé, les points de Marma, massage Amma, massage Abhyanga, massage californien, réflexologie plantaire, massage Tui Na, massage Kobido, massage de la femme enceinte, massage Ayurvédique.. Informations sur les massages du monde avec ce lien.

© Formasoft|pro 2022 - tous droits réservés - Mentions légales - Notre corps est notre Maison pour toute notre vie. Avec bienveillance et respect, prenons soin de lui.    

Paiement CB