< Retour

Réjouir un corps d'enfant


Les massages affinent la perception de son propre corps. Lors d’une séance, quelques souvenirs s’éveillent. Au fait, comment se déroulaient les cours d'éducation physique à l’école ?

Enseigner la joie dans un corps d'enfant

Notre corps est notre maison. Certaines personnes se sentent bien chez elles. D’autres moins. Il existe un métier qui permet, dès l'enfance, d’emménager dans sa maison corps, y faire son nid, jusqu’à y habiter, sourire aux lèvres et les yeux fermés : le professeur d’éducation physique et sportive (EPS). Mais voilà, deux camps s’observent : les compétiteurs et les sensibles. Or, un être heureux a besoin des deux.

Les photographies d'atelier danse qui illustrent la page ont été fournies par l'enseignante interviewée dans l'article.


Chut… Voici la marionnettiste et sa marionnette. La marionnettiste est une collégienne de 14 ans. La marionnette est un garçon du même âge. Avec délicatesse, l’adolescente appuie sa main sur la joue de sa marionnette : celle-ci incline la tête. De l’autre main, elle soulève le coude : la marionnette lève un bras avec lenteur. Marionnettiste et marionnette improvisent une mini-danse en duo.

Puis la marionnettiste s’efface et s’assoit. La marionnette continue seule le mouvement, les yeux fermés, comme si elle ignorait que son guide lui avait rendu sa liberté.

L’expérience a lieu dans un gymnase de collège. Chaque tandem est constitué d’une fille et d’un garçon. Surprise : après quelques minutes, les garçons poursuivent leur danse, fidèles à leur personnage. Alors que la majorité des filles ajoute deux ou trois ornements. Bouger, oui mais à condition de le faire avec une grâce féminine…

Mémoire de sensations.

Le toucher est au cœur du métier en éducation physique. La gymnastique, la danse, le rugby, l’escalade créent du contact entre les enfants et les adolescents. Invisibles, des histoires de corps traversent la salle.

À chaque famille son récit : le câlin, la gifle, la peur, le plaisir chuchotent du début à la fin du cours. Ils modèlent les corps et les idées. Une fille doit-elle plaire ? Un garçon doit-il montrer ses muscles ? Oui mais c'est quoi, la beauté ? Qu’est-ce que la virilité ?

Le masculin et le féminin, qu’aucun neurologue, aucun scientifique n’a à ce jour défini de manière irréfutable, traînent derrière eux une montagne de clichés.

L’éducation physique et sportive à l’école hérite d’un film écrit par on-ne-sait-qui il y a des milliers d’années.

Noter un corps sur 20.

Rembobinons le film de 40 années : jusqu'en 1980, le recrutement des profs de sport est sexué. 70 % des enseignants sont des hommes. 30 % sont des femmes. Les quotas sont abandonnés sous la présidence de François Mitterrand.

Bien après, ses effets persistent : 60 % des professeurs d’éducation physique sont des hommes dont la plupart ont un gros parcours en sport collectif : football, rugby, handball, basket. Les femmes ont un profil plus large avec la gymnastique, la danse, la voile.

Il existe deux méthodes pour évaluer un élève en EPS : les chiffres et les lettres.

Le camp des chiffres tient un chronomètre autour du cou. Selon lui, il faut gagner le match. Basket : 64-55 au coup de sifflet final. Le camp des lettres écrit un roman avec les mots sensibilité, sensation, sensorialité. Il dit : l’enfant apprend à nouer une relation subtile avec son corps, celui de ses partenaires, jusqu’à faire corps avec un mur d'escalade en travaillant ses appuis.

Ambiguïté entre généralistes et spécialistes.

« Pratiques de gonzesse ! ». Quelques enseignants du STAPS, centre universitaire qui forme les futurs profs d’EPS, taquinent leurs collègues féminines qui s’évertuent à distiller un bien-être chez leurs élèves.

Par exemple, le STAPS d'une ville française compte 6 enseignants d'EPS hommes et 2 enseignantes d'EPS femmes. Les uns ont une prédilection pour les sports collectifs et l'athlétisme. Les autres se tournent vers la danse, les activités gymniques, le cirque, la natation.

Officiellement généralistes du sport, les profs d’EPS ont un parcours sportif personnel dans telle ou telle discipline. Leur spécialité influe sur les activités choisies, mais aussi sur leur pédagogie.

Pourtant, les instructions de l’État sont claires : l’enfant et l’adolescent doit se confronter à quatre types de disciplines :

• Les sports collectifs (foot, rugby, handball…) et de duels (badminton, tennis de table, disciplines de combat…),
Les activités physiques de pleine nature,
Les activités relevant de performances individuelles : athlétisme, natation…,
Les activités gymniques et artistiques telles que la danse et le cirque.
Danser entre deux panneaux de basket.

L’enseignant signe un pacte avec l’État : il applique un programme, veille à ouvrir un éventail d’activités qui brasse une pluralité d'expériences corporelles.

Sauf que les habitudes, les demandes des élèves, les aléas des équipements techniques, les règles de sécurité favorisent les sports collectifs au détriment des activités exigeantes en locaux, en matériel, en sorties hors de l’établissement scolaire.

Ainsi, l’escalade, activité à risques, a vu ses normes de sécurité évoluer au fil des ans. Les murs d’escalade sont conçus de manière autre que lors de la décennie précédente. Les conseillers techniques de l’Éducation Nationale sont là pour que l’enseignant actualise ses connaissances et sa pédagogie. Mais tout cela demande un effort.

La prof de danse sera un homme.

Heureusement, la mixité croissante du métier fait évoluer les pratiques. Les enseignant·e·s travaillent davantage en équipe. Parfois, ils s'échangent les classes, le temps d'un trimestre, selon les spécialités des uns et des autres.

Les associations sportives des collèges et lycées ouvrent la porte à de nouvelles disciplines, à la pause de midi ou le mercredi après-midi.

Peu à peu, le macho et la sensible se parlent.

…et c’est ainsi qu'une filière STAPS, ô surprise, recrute un professeur de danse en septembre. Un danseur, un homme !

Écouter une pudeur.

« 95 % des professeurs d’EPS ont la passion de leur métier, souligne Jocelyne Caumeil, conseillère technique et pédagogique du second degré (collèges, lycées). Ils appréhendent l’adolescent·e comme une personne à part entière, mental et corps unifiés.

« Tous refusent le retour au lire-écrire-compter tel que le réclament certains élus. Certes, l'actualité nous incite à rester vigilants. Mais je garde confiance dans le projet humaniste de l’État. »

La pudeur fait partie des enjeux propres au métier. Dès qu'arrive le trimestre de natation, quelques médecins rédigent des dispenses à la demande de parents qui pensent ainsi protéger leur enfant du regard des autres. Éviter un problème n'est pas le résoudre. Les profs d’EPS cherchent des solutions. Par exemple, ils organisent des séances spécifiques à la piscine. Ils dialoguent avec les ados, leur ouvrent une étape de transition.

Les codes de la beauté méritent d’être bousculés, mais avec doigté. L'adolescent·e a besoin de temps pour apprivoiser, puis aimer son corps.

Une sensation crée une performance.

Au final, qu'importe la liste des disciplines sportives pour que l'enfant construise sa maison corps. L'enjeu, c'est la manière d’enseigner une discipline. Pour nager, commençons par découvrir les appuis mouvants en milieu liquide. Pour escalader, trouvons comment poser un talon ou un bout de pied. Ainsi, sensations et performances se rejoignent.

Un corps est heureux de se faire plaisir tout en reculant ses limites.

Jocelyne Caumeil a eu une révélation quand elle était lycéenne : « Le prof d'EPS nous a fait courir sur le sable pieds nus. Puis il nous a fait observer les traces que laissaient nos empreintes au sol. Au début du parcours, on repère chaque poussée. Avec la vitesse, l'appui se fait léger. Il devient rebond. Alors, le coureur prend son envol. »

Faire confiance aux adolescents

Comme ses collègues, Jocelyne Caumeil rêve de rendre chaque enfant heureux de la tête aux pieds. Les enseignants en EPS restent humbles : deux à trois heures de cours par semaine ne font pas le contre-poids face à des histoires intimes et douloureuses.

Mais l’énergie pédagogique reste intacte : offrir des expériences physiques qui réconcilient un·e ado avec son corps ; semer des graines de plaisir. La conseillère technique et pédagogique en est convaincue : « Dans leur immense majorité, les adolescents sont bien dans leur peau ».

Une éducation physique et sportive qui marie performance et sensibilité contribue à épanouir des corps en pleine croissance.

. . .

Nager, danser, sautiller après un massage bien-être.

Les massages bien-être

S’informer • Réserver
tél / 05 47 91 97 21

En Vallée d'Aspe, Pyrénées

S’informer • Réserver
tél / 05 47 91 97 21

Thématiques bien-être

La peau et le toucher Les massages bien-être et moi Droit au massage L'album des massages Arts de vivre Bien-être et santé Café sciences & philo Points de vue Vallée d'Aspe en Pyrénées

Ouvrons la fenêtre au bien-être
 

Centre de bien-être agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être.


Annuaire des 1 000 praticiennes et praticiens agréés en France : www.ffmbe.fr.


64490 Bedous, Vallée d'Aspe, au sud de Pau et Oloron-Sainte-Marie, Parc National des Pyrénées, Région Nouvelle Aquitaine.

Bien-être en liberté

Le Corps S’éveille : depuis 2011, les gastronomes en massages du monde ont leur Centre de bien-être agréé.
Centre de bien-être situé à Bedous, en Vallée d’Aspe, Béarn, Pyrénées, département des Pyrénées atlantiques, région Nouvelle Aquitaine. Département des Pyrénées atlantiques : Accous, Anglet, Arette, Bayonne, Bedous, Biarritz, Guéthary, Hendaye, Lacq, Lasseube, Larrau, Laruns, Mauléon-Licharre, Monein, Mourenx,Oloron-Sainte-Marie, Orthez, Pau, Saint-Étienne-de-Baïgorry, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint- Palais, Saint-Jean-de-Luz.
Autres villes situées à proximité du Centre de bien-être : Argelès-Gazost, Lourdes, Tarbes. Cultivons un art de vivre dans les Pyrénées béarnaises, Pyrénées atlantiques, en Région Nouvelle Aquitaine.
Centre de bien-être agréé par la Fédération Française de Massages Bien-Être (FFMBE).
Annuaire national des 1 000 praticiens agréés en France : www.ffmbe.fr.
Le guide des massages du monde : massage Lomi-Lomi, massage Pijat balinais, massage Shiatsu, massage Nuad Boran, massage suédois, massage aux pierres chaudes, relaxation coréenne, massage Ku Nyé, les points de Marma, massage Amma, massage Abhyanga, massage californien, réflexologie plantaire, massage Tui Na, massage Kobido, massage de la femme enceinte, massage Ayurvédique.. Informations sur les massages du monde avec ce lien.

© Formasoft|pro 2020 - tous droits réservés - Mentions légales - Notre corps est notre Maison pour toute notre vie. Avec bienveillance et respect, prenons soin de lui.    

Paiement CB